À la Une

Chronique sur LES NAUFRAGÉS DE VELLOA de Romain Benassaya

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui nous vous proposons avec mon Alfred, le dernier roman de Romain BenassayaLES NAUFRAGÉS DE VELLOA aux Éditions Pocket Imaginaire.


Au menu la survie de l’espèce humaine au XVIII ème siècle. Deux mondes puissants Mars et Vénus, planètes rivales qui vont s’allier afin de comprendre le mystère autour du vaisseau de l’Embrun 17.


Alfred commençons par le commencement, en avouant d’ores et déjà que nous découvrions cet auteur avec ce roman qui est en fait son troisième livre. Il faut également préciser que l’univers des Naufragés de Velloa  est également très proche de ses précédents romans, tout en se lisant indépendamment.


Que vous dire de cette ambiance, tout abord que j’ai adoré. La première partie nous plonge au coeur de l’action. Et on y découvre les principaux protagonistes, et leur quête. 
Mais au fur et à mesure que les parties s’enchaînent, l’histoire se complexifie avec plusieurs versions d’un même événement. Alors soit on trouve ça brillant ou alors redondant.

À noter que la plume de l’auteur est très visuelle avec cet univers très bien construit, une intrigue prenante et des personnages très travaillés. 
Alors certes j’aurais préféré que

l’ensemble du livre se focalise sur la mission lancée par Mars et Vénus mais j’ai tout de même compris l’intérêt de développer le personnage de Dayani sur Veolla.


En conclusion mon Alfred, Les Naufragés de Velloa, c’est un bon Soap Opéra avec quelques longueurs.


Et comme toujours que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! Et n’hésitez pas à venir nous dire si vous avez lu ce roman ou si vous aimeriez le lire.

Chronique sur COCHRANE VS CTHULHU de Gilberto Villaroel

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, Alfred et moi nous vous embarquons pour un livre complètement dingue CHTULHU VS COCHRANE de Gilberto Villaroel aux Éditions Pocket Imaginaire.

Au menu nous vous proposons de prendre la garnison de Fort Boyard, qui dès la nuit du 15 avril 1815, va d’une part se retrouver confronté à un adversaire militaire anglais redoutable, Lord Cochrane mais également face à cette créature marine au nom imprononçable issut de la littérature de H.P Lovecraft.

Alfred, si je m’attendais à ça ?  Mais pas du tout !  C’était une expérience inédite que de plonger au cœur d’un roman très riche en fait historique, mêlant avec goût du fantastique. J’ai  aussi  trouvé  une qualité d’écriture qui rendait le roman impossible à lâcher. À chaque chapitre je me disais  » un petit dernier, juste un « , oui Alfred je sais exactement à quoi cela te fait penser ! Une véritable accro. 

Je me suis faite embarqué de plein fouet à Fort Boyard, dans cet univers, historique sombre et fantastique, avec ce côté huis clos très appréciable, rythmé par les attaques, et les retournements de situation.

Alors oui j’ai trouvé quelques passages un peu redondants, et répétitifs, mais je n’ai rien trouvé d’autre à reprocher à ce roman.

En bref un super moment lecture, pour l’impie qui n’a jamais ouvert un roman de Lovecraft, alors que son univers a fortement inspiré ce roman.

Est-ce que je recommande CHTULHU VS COCHRANE : bien sûre, si vous cherchez un roman hors normes, hors du commun !

Et comme le dit toujours Alfred, que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! 

Chronique sur CINQUANTE DEGRÉS AU-DESSOUS DE ZÉRO de Kim Stanley Robinson

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, nous nous sommes replongé dans la trilogie climatique de Kim Stanley Robinson, avec le deuxième opus CINQUANTE DEGRÉS AU-DESSOUS DE ZÉRO, que vous retrouverez aux Éditions Pocket Imaginaire. 

Nous n’allons pas pour vous faire languir et vous donner un petit bout à vous mettre sous la dent. Pour commencer, nous reprenons un monde face à des urgences climatiques. Ensuite nous ajoutons à nouveau les mêmes personnages que lors du premier volet, je parle bien évidemment des Quibler et de Frank. Et quand le Gulf Stream s’arrête, les températures dégringolent et que la lecture commence ! 


Je dois l’avouer, Alfred, c’était un plaisir de déguster cette trilogie. Je me sens comme un poisson dans l’eau de la marmite avec cet enchaînement de catastrophes naturelles. Alors je ne vais pas vous le cacher, j’étais ravie de retrouver les personnages principaux. Bon même si j’avoue que la famille Quibler, pour qui j’avais une petite préférence, est plutôt au second plan dans ce roman. En effet je les trouve très attachants !

Donc nous sommes davantage amenés à suivre Frank Vanderwal, et nous plongeons au cœur de NFS ( Fondation Nationale pour la Science) ce qui nous permet une vision à la fois politique et scientifique des événements climatiques.  Si vous êtes fan, de romans scientifiques, ou si comme moi, vous rafollez de catastrophes climatiques ce roman est fait pour vous, sans conteste ! C’est vrai que j’avais reproché au premier tome de manquer un peu d’action, je dois reconnaître que l’auteur que dans ce tome-ci nous en donne un peu plus et ce n’était pas pour me déplaire.


En bref vous m’aurez comprise et toi aussi mon Alfred, toujours autant de plaisir à la lecture de cette trilogie de Kim Stanley Robinson et se sera avec plaisir que je dégusterai le dernier tome Soixante Jours et Après.

En attendant que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! 

Chronique d’ANCRIER de Delphine Muse

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec mon Alfred, nous proposons de vous parler du roman de Delphine Musesélectionné au prix L’Encre et Les MotsANCRIER, aux Éditions des Lacs.

Au menu un thriller fantastique. S’y mélange une jeune écrivain en panne d’inspiration, isolée dans une maison en Bretagne et des souvenirs, beaucoup de mauvais souvenirs.


Bien Alfred, ça faisait longtemps que je n’avais pas ouvert un roman d’une jeune autrice, et je dois dire que le roman de Delphine Muse à la saveur de ces romans qui se lisent à vitesse grand « V ». D’une écriture très contemporaine qui ne s’embarrasse pas de longue description. Les pages défilent grâce à une action très présente. Autant dire qu’on se laisse embarquer assez facilement dans l’histoire, avec des rouages assez classiques à ce genre de roman. Certaines idées sont intéressantes et auraient mérité un approfondissement.

J’ai aimé la dimension fantastique du roman, mais un peu moins le côté « terre à terre ». Mais bon  je m’arrête là de peur de trop vous en dévoiler et vous laisser une part de mystère si vous venez à vouloir découvrir ce roman.

En bref vous m’aurez comprise et toi aussi mon Alfred c’est assez une belle découverte.


En attendant que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! 

Chronique sur LES QUARANTE SIGNES DE LA PLUIE de Kim Stanley Robinson

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, avec Alfred aujourd’hui nous entamons un nouveau cycle avec LES QUARANTES SIGNES DE LA PLUIE de Kim Stanley Robinson aux Éditions Pocket Imaginaire.


Au menu un premier tome qui laisse entrevoir un monde prêt à subir les conséquences de ses actes sur l’environnement et la fonte de calotte polaire. Alors on mélange en douceur un couple de scientifiques, des moines venus d’un nouveau pays. On saupoudre de recherche en biotechnologies, et à la toute fin on incorpore un torrent de pluie diluviennes. Et sans oublier un résumé qui n’était pas sans me rappeler Le Jour D’Après, un film que j’adore ! 


Du coup mon Alfred je m’attendais à un roman dont l’action démarrerait assez vite mais pas du tout ! L’auteur prend son temps et nous fait connaître ses personnages et leur travail de manière très approfondie. D’ailleurs il ne faut pas avoir peur du jargon scientifique qui jalonne le roman de tout son long, c’est fouillé et très documenté. Et de ce fait les trois quarts du roman laissent présager quelques chose sans qu’il n’y est vraiment d’action. Je dois dire que j’ai pourtant tourné les pages avec avidité, retrouvant dans ce roman de science-fiction une certaine réalité dans les conséquences environnementales que nous connaissons. 
Et là arrive le dernier quart, que je n’attendais plus mon Alfred, et la fameuse montée des eaux, promise dans le résumé  ! Et je dois dire que j’ai dévoré cette partie tant attendue. C’était délicieux mais trop court ! Heureusement pour moi les deux prochains tomes m’attendent bien sagement dans ma PAL.

En bref mon Alfred et vous aussi vous m’aurez comprise, c’est un roman qui m’a passionné de tout du long même si j’aurais aimé que l’action demarre plutôt, et dont j’attends beaucoup des deux prochains tomes.

Chronique sur LES ROSES NOIRES de Gérard Mordillat

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec mon Alfred nous vous proposons de savourer ensemble un roman paru, il y a peu,  aux Éditions Albin Michel,LES ROSES NOIRES de Gérard Mordillat.


Au menu une dystopie, qui nous plonge donc un monde totalitaire, régie par un système de castes et dirigé de manière obscure par Le Conseil. À tour de rôle, nous suivons plusieurs personnages prêts à mettre fin à cette tyrannie. 


Alfred, je dois te l’avouer j’étais très impatiente et enthousiaste de me lancer dans cette lecture. Mais il est le temps de mettre lamain à la pâte et de vous parler des Roses Noires. Un livre où je pensais rencontrer 4 femmes fortes, engagées, déterminées. Mais non pas vraiment ! J’ai trouvé que l’histoire tournée plutôt autour de l’écrivain maudit Orden qui d’une manière ou d’une autre va être en contact avec ses femmes.

J’ai d’ailleurs eu un peu de mal à m’imerger dans la lecture beaucoup de personnages avec des prénoms déroutants. J’ai suivi leur histoire du bout des lèvres. Au début c’est assez lent en bouche puis ça va très vite sans que nous sachions vraiment les « comment » et les « pourquoi « . J’ai été toutefois très agréablement surprise d’avoir à faire un roman dont la plume de l’auteur est poétique et littéraire.

Alors oui j’ai aimé l’univers dystopique de ce roman mais j’ai eu un peu de mal à me faire une place auprès de Orden, Cybèle, Vivi, Tank et des autres….

En bref mon Alfred et vous aussi vous m’aurez comprise c’est un bon roman qui me laissera toutefois un sentiment mitigé.

Chronique sur FRIDAY BLACK de Nana Kawme Adjel-Brenyah

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous vous proposons une petite bombe FRIDAY BLACK Nana Kawme Adjel-Brenyah aux Éditions Albin Michel. 


Je propose mon cher Alfred que je déroule le menu afin de vous faire saliver par avance. Pourtant je dois dire que si de butte en blanc, on me propose des nouvelles ça a tendance à me refroidir ! Mais là non car c’est un savant mélange entre la dystopie et critique du monde moderne qui pousse le lecteur à la réflexion.


Alfred, mais c’est quoi ce livre ! Ça m’a totalement chamboulée, retournée. Et dire que c’est un premier roman !

 Bon je dois dire que seules deux nouvelles ne m’ont pas vraiment plus mais pour le reste …. Oh j’en aurais bien pris encore. Quoique ce soit bien tout de même de consommer avec modération tant de violence. Mais pas de la violence gratuite non ! De la violence intelligente distiller avec parcimonie dans des univers dystopiques qui atténuent l’horreur dans certaines de ces nouvelles. 

Et pourtant la dystopie, elle est surtout un outil pour mettre en avant certaines réalités terrifiantes déjà bien présentes dans notre monde.

À l’exemple quand injustice et justice font la paire, les tueries de masses, la radicalisation de la violence et encore je ne vous dévoile pas tout. 

 Alors sans forcément être un coup de cœur c’est un livre bouleversant et marquant. 

Chronique sur SALEM de Stephen King

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui Alfred et moi nous revenons sur notre dernière lecture dans le cadre du challenge de L’Automne du King, SALEM de Stephen King aux Éditions Le Livre de Poche.


À déguster la petite ville de Jérusalem’s Lot, ses habitants, son manoir de Marsten House, et ses nouveaux arrivants, et quelques vampires.


Bon si j’étais de prime à bord emballée à me lancer dans cette lecture. J’ai par contre été très vite déçue. 
Je m’attendais à frissonner mais non ! Cette recette, datante devait sûrement fonctionner en son temps. Sans l’ombre d’un doute SALEM est fortement inspiré du roman de Bram Stoker, et tout comme son prédécesseur, ça traine en longueur, et j’ai trouvé l’histoire un peu molle.

Bon je dois tout de même reconnaître les qualités de ce roman son ambiance évidemment comme seul King sait le faire. Le cadre de l’histoire et les personnages qui la composent.

Bien mon Alfred, la nuit tombe plus tôt et notre ressenti arrive avec  la nuit :  Sinon a part cela calme plat, et grosse déception.

Chronique sur DOCTEUR SLEEP de Stephen King

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, avec Alfred nous sommes très heureux de débuter cette saison de l’Automne avec la suite du fameux Shining de Stephen KingDOCTEUR SLEEP aux Éditions Le Livre de Poche.

Lecture qui rentre dans le challenge de L’Automne du King lancé par le compte Instagram @tomabooks.

Au menu de ce roman frissonnant, le retour du personnage de Danny issue du célèbre roman Shining. Nouvelle intrigue pour ce petit garçon devenu adulte. Ajouter quelques nouveaux personnages dont le Noeud Vrai, Abra, et bien d’autres? N’oublions pas un soupçon de vapeur, et un brin de « Don ».

Encore une fois je suis totalement amoureuse, Alfred ! Je me suis plongée, à petits pas feutrés dans ses 800 pages qu’au final j’ai dévorés avec avidité. Heureuse une nouvelle fois de me repaître de cette ambiance et de cet univers si typique, à Maître King. Enchantée de lire cette suite à Shining et de retrouver son personnage principal le petit Danny, plus si petit que ça…. d’y ajouter des personnages fort à l’image de Rose, de créer à partir d’un précédent opus une intrigue totalement nouvelle, totalement addictive. Il est difficile de parler de DOCTEUR SLEEP sans parler de Shining, c’est pourquoi je recommande chaudement de l’avoir lu avant, bien que DOCTEUR SLEEP puisse tout à fait se lire indépendamment, Stephen King mettant en lumière les faits les plus marquants.
 

Et alors même que je fais partie de ces vilains à avoir déjà vu l’adaptation, j’ai eu le droit à mon lot de rebondissement, une nouvelle fois , je me suis alors posée la question suite ;  » qu’ont donc les réalisateurs à changer la fin de l’histoire ? » Bref vous m’avez comprise… ou pas !

Alors je dis un grand MERCI @tomabooks d’avoir lancé ce challenge, car  en cette période, saison des feuilles mortes, rien ne vaut un bon gros pull, un thé bien chaud et un King.

Alors mon Alfred vient donc avec moi nous allons nous prendre un peu de bonnes vapeurs, mais avant cela dévoilons notre ressenti : DOCTEUR SLEEP restera sans nul doute, une lecture marquante de cet Automne.

Chronique sur LA ROUTE de Cormac Macharty

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous allons ensemble vous dévoiler notre ressenti sur le roman Cormac Macharty aux Editions Point, LA ROUTE.

Au menu de ce roman, monde post apocalyptique, survie, dans un monde désolé. Se maintenir en vie, tout en restant humain quand le monde n’a plus d’humanité. 

Wahoua mon Alfred, dire que ce roman traînait dans notre bibliothèque depuis des années et que tu n’en avais lu que quelques pages. Mais moi, j’ai succombé, dévoré ce roman si noir, retraçant le destin de ce père et de ce fils dans ce monde de désolation où croiser un autre humain peut devenir synonyme d’horreur. Tous au long de ma lecture, j’ai appris à côtoyer la faim, la peur, mais aussi les petits bonheurs dans ce monde déshumanisé. Chaque pas est une victoire. Et alors que nos deux personnages s’astreignent à avancer mon cœur se serrer, mon ventre se nouer en voyant les pages défilés à l’écriture si particulière, si sombre, mais empreintes de poésie. Un ensemble de paragraphes qui ne sont que la juxtaposition de souvenirs, des moments, des flashs dans la vie des protagonistes. C’est en voyant la fin approcher, que je n’ai pu me retenir de verser quelques larmes, mais oui Alfred je suis trop sensible, mais laisser nos deux héros, m’a émue tout simplement.

Il nous suffit juste d’avancer et de porter en nous le feu, Alfred donnons donc notre ressenti :

LA ROUTE, s’était un roman court mais puissant, riche en émotions.