À la Une

Chronique sur L’INDÉSIRABLE de Vanessa Caffin

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous vous proposons de découvrir L’INDÉSIRABLE de Vanessa Caffin aux Éditions 123.


Au menu, voyages, mystères et ronde de personnages. Il suffit d’ajouter un soupçons d’imprévu dans les rouages du personnel d’une maison huppé et tout part à vau-l’eau.


L’INDÉSIRABLE, c’est le roman que nous n’avions pas prévu de lire mon Alfred. C’est ce roman dont nous avons entendu le chant des sirènes à la lecture la quatrième de couverture. Ah j’avais envie de savourer cette légèreté qui nous a été proposé.


Et nous y voilà, le début est prometteur, on rencontre les personnages, ce personnel de maison qui forment une charmante compagnie, on s’amuse de leurs tords et de leurs travers. On découvre le decor, puis nous faisons la connaissance de monsieur Manning et là j’ai débordé d’empathie immédiate pour ce personnage, qui est bien là pour ça !

Mais voilà, il n’y a pas eu l’étincelle ! 
J’ai attendu, j’ai voulu y croire, mais non. C’était pourtant bien parti, j’ai pensé que ce scénario assez simple cachait quelque chose de plus, mais non ! Je n’ai pas été surprise, je n’ai pas été conquise. C’était finalement une lecture en somme assez bonne, avec certains points positifs comme ses personnages ou la qualité de l’écriture de l’auteure, Vanessa Caffin, mais c’est tout. J’ai même trouvé la fin un peu tristounette alors que je m’attendais à quelque chose « proche de la comédie anglaise » comme cité dans la quatrième de couverture.


En conclusion,L’INDÉSIRABLE restera un roman que je ne serai pas classer,  me laissant un petit goût de dommage !

Le mot de la fin que la Force soit avec vous et dans vos lectures !Et n’hésitez pas à venir nous dire si vous avez lu ce roman ou si vous aimeriez le lire.

Chronique sur MEUTRES AU PARADIS d’Anne Glenconner

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui mon Alfred retour sur notre lecture, MEURTRES AU PARADISd’Anne Glenconner aux Éditions Albin Michel, parut le 2 Juin.


Au menu soleil et Île Moustique, sauvegarde du corail et meurtre en pagaille. 


Alfred, Anne Glenconner me vendait du rêve. Un roman transat comme j’aime appeler ce style de roman, une enquête à lire d’humeur légère en plein soleil.


Toutefois je dois dire que je me suis assez vite lassée de l’intrigue, que j’ai trouvée dans l’ensemble assez plate. Le personnage principal de Lady Vee, que je m’attendais à l’image d’une Miss Marple, n’était finalement qu’un personnage inspiré de l’auteure elle-même, et qui donnait à côté très narcissique au roman.


J’ai tout de même apprécié le décor dépeint par l’auteure, une ambiance de huis clos sur l’île avec ce cyclone qui se prépare. Mais je reconnais sans peine que j’ai trouvé l’écriture et le dénouement sur-faits, et très prévisible même pour ce style de roman.


Pour conclure mon Alfred, MEURTRES AU PARADIS est une lecture qui m’a déçue et dont j’attendais plus. 

Et comme toujours que la Force soit avec vous et dans vos lectures

Chronique sur GAGNER N’EST PAS JOUER de Harlan Coben

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, et si aujourd’hui avec Alfred, nous vous parlions du dernier roman d’un auteur qu’on ne présente plus ? Oui, mettez-vous à table pour savourer GAGNER N’EST PAS JOUER de Harlan Coben aux Éditions France Loisirs.

Au menu, cette fois l’auteur nous propose un roman sur un personnage récurrent de la série Myron Bolitar. Le célèbre et non moins riche Win Lockwood. Une affaire de tableau volé, mais aussi une vieille affaire de kidnapping qui remonte à la surface.


Alfred, j’étais enchantée de trouver un prétexte à lire de nouveau un roman de Harlan Coben. Il y a déjà quelques temps j’avais déjà eu le plaisir de lire cet auteur et je gardais en mémoire des intrigues recherchées et bien ficelées.

Bon ce n’était peut-être pas la meilleure idée qui soit de lire ce roman, avec le personnage de Win, personnage récurrent de la série Myron Bolitar. Parce que Myron aux files des pages, il est bel et bien présent et cela un peu trop à mon goût.Et puis il faut bien dire que le personnage de Windsor est comment dire … un poil spécial, parfois à la limite de l’antipathie.

Mais bon qu’à cela ne tienne je me suis focalisée sur l’intrigue. Et je dois dire que là, Harlan Coben ne m’a pas déçu. Quand plusieurs affaires qui paraissent liens en font le nœud, personnellement je dis « oui », surtout quand elles surgissent du passé.


Et maintenant est ce que je recommande ce roman : je suis pour ma part assez mitigé mais je pense que c’est un roman  qui peut facilement plaire aux fans de la série Myron Bolitar. 

Et pour conclure que la Force soit avec vous et dans vos lectures ! 

Chronique sur LA CHRONIQUE DES BRIDGERTON de Julia Quinn

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, avec Alfred nous revenons sur notre lecture que grand nombre de personnes semblent lire : LA CHRONIQUE DES BRIDGERTON de Julia Quinn aux Éditions J’ai Lu.

Au menu la famille Bridgerton, une grande famille de 7 enfants. La saison des bals, et les débuts de la quatrième de cette fratrie Daphné, une fille simple qui rêve de mariage et de fonder à son tour une famille. On ajoute un ténébreux et séduisant jeune duc, qui refuse absolument de se marier.

Alfred, Alfred, je crois que là, nous sommes tombés bien bas question lecture. Je n’ai rien contre l’idée d’un roman d’amour empreint de romantisme mais alors là ….

 Je m’excuse pour celles et ceux qui ont aimé mais il s’agit tout bonnement d’un très mauvais Orgueil et Préjugé à la sauce 50 nuances de Grey.

 J’ai trouvé qu’il n’y avait absolument pas d’histoire, il suffit de lire le résumé pour savoir ce qui va se passer, avec Daphné la mignonne écervelée et Simon le ténébreux et mystérieux Duc. 

Et à la moitié du roman, la bascule s’opère et nos deux amis se lâchent dans des scènes débridées d’amour décrites avec une précision chirurgicale.

J’ai trouvé le style de l’auteur assez lourd avec énormément de répétions, du « ténébreux » en voulez-vous en voilà,  des  » je vais le tuer, l’étrangler  » à foison. 

À la rigueur ce que je pourrais trouver de positif c’est que le roman met en lumière un héros en situation de handicap qui le rend attachant les premières pages.

Donc après avoir fini le tome 1 de Daphné, j’ai tout de même tenté de lire le tome 2 qui concerne Anthony, et là j’ai craqué après 50 pages c’était quasi la même trame …

Donc en bref vous m’aurez comprise et toi aussi mon Alfred, c’est une lecture qui ne m’a absolument pas plu, que je trouve surcoté.

Chronique sur LES ROSES NOIRES de Gérard Mordillat

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec mon Alfred nous vous proposons de savourer ensemble un roman paru, il y a peu,  aux Éditions Albin Michel,LES ROSES NOIRES de Gérard Mordillat.


Au menu une dystopie, qui nous plonge donc un monde totalitaire, régie par un système de castes et dirigé de manière obscure par Le Conseil. À tour de rôle, nous suivons plusieurs personnages prêts à mettre fin à cette tyrannie. 


Alfred, je dois te l’avouer j’étais très impatiente et enthousiaste de me lancer dans cette lecture. Mais il est le temps de mettre lamain à la pâte et de vous parler des Roses Noires. Un livre où je pensais rencontrer 4 femmes fortes, engagées, déterminées. Mais non pas vraiment ! J’ai trouvé que l’histoire tournée plutôt autour de l’écrivain maudit Orden qui d’une manière ou d’une autre va être en contact avec ses femmes.

J’ai d’ailleurs eu un peu de mal à m’imerger dans la lecture beaucoup de personnages avec des prénoms déroutants. J’ai suivi leur histoire du bout des lèvres. Au début c’est assez lent en bouche puis ça va très vite sans que nous sachions vraiment les « comment » et les « pourquoi « . J’ai été toutefois très agréablement surprise d’avoir à faire un roman dont la plume de l’auteur est poétique et littéraire.

Alors oui j’ai aimé l’univers dystopique de ce roman mais j’ai eu un peu de mal à me faire une place auprès de Orden, Cybèle, Vivi, Tank et des autres….

En bref mon Alfred et vous aussi vous m’aurez comprise c’est un bon roman qui me laissera toutefois un sentiment mitigé.

Chronique sur L’OMBRE DU LOUP d’Olivier Merle

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous vous proposons de découvrir pour sa sortie DANS L’OMBRE DU LOUPd’Olivier Merle, aux Éditions XO.


Au menu des lettres de menaces et des coups de file nocturne à un riche homme d’affaires. Une découverte macabre. Un nouveau commandant fraîchement débarqué, climato-depressif. 


Bon alors Alfred, qu’est-ce que ça donne ce roman présenté comme un « polar à l’ancienne « , d’un auteur que je découvre ? 

Bon déjà à savoir mon Alfred c’est qu’il s’agit là d’un bon gros pavé de 543 pages. 

Je  mme suis sentie quelque peu perdue. Habituée pourtant a des polars assez lents, j’ai trouvé que celui-ci était extrêmement lent. De plus je n’ai pas vraiment ressenti la flamme pour les personnages. Et j’ai trouvé l’intrigue cousue de fil de blanc quant à la résolution finale, elle m’a laissé de marbre. 

J’ai été déçue car j’appréciais vraiment l’idée de départ du roman surtout que les premières pages m’avaient vraiment mises en émoi. Le résumé était aguicheur et tout aurait pu être réuni pour me plaire si c’etait resté plus simple.

Je me sens comme coupée en deux par ce roman qui est à la fois bien écrit avec des idées et des situations intéressantes mais que j’ai trouvé parfois banales, un peu bancales avec des passages  prévisibles.


Bref vous m’aurez comprise, et toi aussi mon Alfred, L’OMBRE DU LOUP, m’a laissée mitiger. Je ne sais si moi ou le livre !

Chronique sur DUNE – Le Messie de Dune de Franck Herbert

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, avec Alfred nous espérons que vous n’avez pas trop froid ! Aujourd’hui nous revenons sur notre dernière lecture DUNE – Le Messie de Dune, de France Herbert aux Éditions Pocket, dans la collection Pocket Imaginaire.

Au menu rien ne vaut que de reprendre les éléments du premier tome, une planète aride, plusieurs grandes maisons, un peuple local, une ressource précieuse et quelques complots pour le pouvoir. Mais cela 12 ans après la fin du premier tome.


Bon alors mon Alfred, je crois que cette lecture a été laborieuse au possible. Je dois avouer ma déception, j’avais tellement aimé le premier tome qui pour ma part mélanger avec subitilité action, complot et imaginaire. Alors que là, il m’a fallu sortir les rames, et ramer dans le sable de la planète Arrakis et bien c’est fastidieux !

 Si l’univers est toujours aussi fantastique, du côté de l’histoire ça ne bouge pas beaucoup. Énormément de dialogue pour très peu d’action. Des joutes verbales, et de la  rhétorique voilà à quoi vous aurez le droit, et ça rend le roman lourd et long. Les personnages que j’avais trouvés si fort sont devenus bien mollasson en 12 ans de temps. 


Bien mon Alfred je crois que pour faire passer tout ça je prendrais bien du Mélange, mais avant ça notre ressenti : J’ai été tellement déçue mon Alfred que je me demande si je vais poursuivre cette saga. 

Chronique sur SALEM de Stephen King

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui Alfred et moi nous revenons sur notre dernière lecture dans le cadre du challenge de L’Automne du King, SALEM de Stephen King aux Éditions Le Livre de Poche.


À déguster la petite ville de Jérusalem’s Lot, ses habitants, son manoir de Marsten House, et ses nouveaux arrivants, et quelques vampires.


Bon si j’étais de prime à bord emballée à me lancer dans cette lecture. J’ai par contre été très vite déçue. 
Je m’attendais à frissonner mais non ! Cette recette, datante devait sûrement fonctionner en son temps. Sans l’ombre d’un doute SALEM est fortement inspiré du roman de Bram Stoker, et tout comme son prédécesseur, ça traine en longueur, et j’ai trouvé l’histoire un peu molle.

Bon je dois tout de même reconnaître les qualités de ce roman son ambiance évidemment comme seul King sait le faire. Le cadre de l’histoire et les personnages qui la composent.

Bien mon Alfred, la nuit tombe plus tôt et notre ressenti arrive avec  la nuit :  Sinon a part cela calme plat, et grosse déception.

Chronique sur ILS SE MARIERENT ET IL Y EUT BEAUCOUP DE SANG de Laurine Vahe

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous,

Aujourd’hui avec mon Alfred nous allons vous dévoiler notre premier thriller de l’année et le premier roman en auto édition ILS SE MARIÈRENT ET IL Y EU BEAUCOUP DE SANG de Laurine Valenheler.

Pour ce premier thriller prendre l’histoire d’un couple de policiers homosexuels, qui enquêtent sur une série de crime qui vise des couples homosexuels. 

Alors mon Alfred par quoi commencer. Si la plume de l’auteur nous a enchanté, nous avons ensuite été décontenancés par les longueurs. Nous nous attendions à un thriller tourné vers l’enquête mais nos attentes ont été refroidies. L’histoire se concentrant d’avantages sur le vie personnelles des protagonistes ce qui renforce le sentiment de longueur. 

Alors maintenant mon Alfred que nous sommes mari et femme et qu’il y a du sang notre ressenti : 
 L’idée dans le fond est originale mais malheureusement pour notre part dans la réalisation ça pêche.

Chronique sur La Goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino

Bonjour à vous de Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec mon Alfred nous vous proposons de goûter au roman de Rossela Postorino, aux Éditions Albin Michel, LA GOÛTEUSE D’HITLER.

Au menu de ce plat si particulier, une tranche de la vie de Rosa, durant la Second Guerre Mondiale en Allemagne. Rosa c’est une « bonne allemande » recruter pour goûter les plats d’Hitler. Mais c’est surtout une abondance d’amour, un brin d’amitié, et beaucoup de peur au ventre. C’est l’histoire d’une fille, c’est l’histoire de plusieurs femmes.

Bon mon Alfred, désolée de t’avoir immerger dans cette recette très féminine. Oui chers lecteurs Fous, LA GOÛTEUSE D’HITLER, c’est surtout une histoire de fille avec beaucoup d’amour, des pensées en bazar, et tout le côté historique vraiment caché en arrière plan. Et c’est ce côté histoire qui nous a manqué en bouche lors de notre lecture. Mis à part cela ça se lit assez bien et assez vite. Est ce que la vie de Rosa nous a emue ? Non absolument pas, nous avons trouvé l’héroïne un peu mièvre, dans nos têtes nous lui avions réservé un destin tragique, qui serait aller avec les événements de cette période. Est ce que maintenant nous avons appris quelques éléments sur ces femmes goûteuses ?Oui, un peu mais nous aurions préféré que cela soit plus approfondie.

Et maintenant mon Alfred goûte moi ça … minute mon cher … avant cela affichons notre ressenti :

Alors à la dégustation c’est un bon roman, écrit avec une plume légère, qui se déguste facilement mais qui manque en profondeur.