Chronique sur Dossier 64 de Jussi Adler Olsen

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec Alfred nous vous proposons de continuer de déguster la série du Département V, avec le quatrième tome DOSSIER 64 de Jussi Adler Olsen aux Éditions Le Livre de Poche.


Au menu de ce quatrième opus, Alfred nous retrouvons Carl Mørck et son équipe, pour une nouvelle enquête. À déguster, plusieurs disparitions, un asile pour femmes sur une île, des avortements et des stérilisations forcés.

Bon Alfred, nous ne sommes plus des novices en ce qui concerne retrouver Carl, Assad, Rose et les enquêtes du Département V, c’est toujours un plaisir, comme revoir de vieux amis que nous avions laissés, il y a quelque temps.

 Cette fois l’enquête, nous plonge dans un passé pas si lointain, tournant autour du personnage de Nette, une jeune qui va connaître une vie assez rude, rempli du choix des autres. Tournant autour de l’eugénisme, et se basant sur de faits réels le roman se boit comme du petit lait. Comme toujours l’auteur mène les deux récits d’une main de maître, d’un côté le « cold-case » et de l’autre la vie des enquêteurs du Département V. Nous nous apprenons davantages sur eux et leur passé avec toujours ce petit côté dérisoire apporté par Carl que je trouve assez savoureux.

Bref mon Alfred et vous aussi vous m’aurez comprise, j’ai particulièrement aimé DOSSIER 64 et j’ai hâte de poursuivre la lecture de cette série. 

Chronique sur DÉLIVRANCE de Jussi Alder Olsen (tome 3 de la série du Département V)

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous (Confiné) du dimanche.

Aujourd’hui avec mon Alfred nous revenons sur notre dernier méfait littéraire, terminé pas plus tard qu’hier soir : DÉLIVRANCE de Jussi Alder Olsen, aux Editions Le Livre de Poche, troisième opus de la série du Départment V.

Au menu, une bouteille à la mer, un S.O.S en lettres de sang. Une intuition. La recherche de ces enfants en danger. Un savant mélange de religion et de courses contre la montre. Des confiances aveuglent, et beaucoup de manipulation.

Quel plaisir et quelle joie de retrouver les personnages qui composent la série du Département V, dans ce troisième tome. Alfred nous n’allons pas en faire un mystère ce qui fait tout le cachet de cette saga ce sont ces personnages: Carl, Assad et Rose. Tous haut en couleur, ils enrichissent l’histoire et l’enquête de chaque roman. Par ailleurs les dialogues entre ces trois-là sont savoureux de réalisme, nous pourrions presque les entendre.En ce qui concerne l’enquête de cet opus, le Département V, cette histoire de vieille bouteille est prenante, le fait qu’également les victimes soient des enfants renforce le sentiment d’empathie et donne envie de poursuivre la lecture afin de savoir la fin. Cette sensation a également été accru par le fait que l’histoire concerne des sectes ou des minorités religieuse. L’auteur nous embarque dans un récit emprunt de machiavélisme sans que cela ne bascule dans l’horreur. Un peu à l’image du roman de la saga, cet opus nous a beaucoup plu.

Priez pour nous pauvres pécheurs, Alfred avant de finir notre prière j’aimerais que nous donnions notre ressenti :

Délivrance, un très bon thriller, qui confirme mon attachement aux romans de la série du Département V, de Jussi Alder Olsen.

Chronique sur PROFANATION de Jussi Alder Olsen ( tome 2 de la série du Département V)

Bonjour à vous Bande de Lecteurs,

Aujourd’hui avec mon Alfred nous vous proposons de savourer avec nous le second tome du Département V, PROFANATION de Jussi Alder Olsen aux Éditions Le Livre de Poche.

Au menu de ce second volet, une ancienne affaire résolue, un meurtrier derrière les barreaux et il vous faudra rajouter les vrais coupables  » la bande du pensionnat » devenus des personnes influentes au Danemark. Pour agrémenter cela en charge de la réouverture de ce dossier Carl Mørk, Assad et une petite nouvelle, Rose.

Alors Profanation c’est la seconde recette qui compose la saga du Département V, mais très différente de la première. Est ce parce que dès le départ nous savons qui sont les coupables ? Probablement, nous ne sommes pas vraiment adeptes des cheminements inverses. A la dégustation nous avons été assez surpris par la longueurs des chapitres. Parfois trop longs, parfois trop court. Mais une fois ces quelques points négatifs abordés, il reste le meilleure, le style de l’auteur et la fluidité de l’histoire. Il faut le reconnaître c’est bien ficelé (comme un gigot ), l’histoire est novatrice dans son genre. Le point fort qui accompagne cette histoire, se sont des personnages de grandes qualités et follement attachant. PROFANATION.

Finissons cette partie de Trivial, mon cher Alfred et puis partons chasser mais avant cela devoilons notre ressenti :

C’est un bon thriller, efficace à qui il manque un nous ne savons quoi, mais dont nous lirons la suite avec plaisir..

Chronique sur MISERICORDE de Jussi Alder Olsen (Tome 1 de la série du Département V)

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui avec mon Alfred nous débutons notre première recette littéraire sur la série du Département V, de Jussi Alder Olsen, MISÉRICORDE, aux Éditions Le Livre de Poche.

Au menu un thriller Danois et qui plus ezt le premier volet de la série du Département V. Un cold case sur la disparition d’une jeune politique cinq ans auparavant. Pour résoudre cette affaire en passe d’être classée Carl Mørck, flic à la dérive devenu chef du Département V, une section de recherche créer sur mesure pour lui. Durant votre dégustation vous vous ferez des allers retours entre les années 2002 et 2007.

Bien mon Alfred commençons par le commencement, et dire que nous avions vu les adaptations cinématographiques avant de nous plonger dans cette lecture, et oui personne n’est parfait. Nous voilà donc au coeur de cette lecture, et nous nous y sommes sentis comme des poissons dans l’eau. Pourtant habituellement les policiers à la dérive ce n’est pas vraiment notre tasse thé mais là Carl Mørck, lui il a touché notre corde sensible. L’histoire sous forme d’un cold case était pour nous ravir. Premier roman pour nous de l’auteur Danois Jussi Alder Olsen et s’était un plaisir, de découvrir sa plume simple et concise, drôle par moment mais aussi très sombre. Cest un thriller tout en retenu qui nous a vraiment plut.


Bien mon Alfred, il est temps de décompresser mais avant ça notre ressenti : 

Et c’est avec grand plaisir que nous poursuivrons la lecture de cette série.