Chronique sur SOIXANTE JOURS ET APRÈS de Kim Stanley Robinson

Bonjour à vous Bande de Lecteurs Fous, aujourd’hui Alfred, c’est le jour de la chronique en retard avec le dernier tome de la trilogie climatique de Kim Stanley RobinsonSOIXANTE JOURS ET APRÈS parut aux Éditions Pocket Imaginaire.


Au menu de ce troisième tome, les premières jours de la présidence, à la suite du dérèglement climatique et l’arrêt du Gulf Stream.


Bon alors remettons déjà la lecture dans son contexte. C’est un roman Alfred, que j’ai débuté en Juillet et dont j’ai poursuit sa lecture en vacances.Et autant au début j’étais vraiment prise par ce troisième tome, autant j’ai senti mon engouement s’amoindrir au fil des pages. Une lecture un peu trop sérieuse pour mon rythme de vacancière.


Et c’est dommage de décrocher comme cela sur le dernier tome d’une trilogie. En effet la gestion climatique est tourné sur le politique et cet aspect m’a moins emballé. Le fait également que dans ce tome-ci, il n’y est pas de « catastrophes  » à proprement parler et qu’on perd le côté « science » qui m’avait beaucoup plu à la lecture du premier tome.


Mais bon je suis contente de mettte accroché jusqu’au bout et de pouvoir suivre l’aboutissement de l’histoire de la famille Quilber et de Frank Vanderwal.

En conclusion, mon Alfred je suis passée à côté de SOIXANTE JOURS ET APRÈS. 

Le mot de la fin que la Force soit avec vous et dans vos lectures !Et n’hésitez pas à venir nous dire si vous avez lu ce roman ou si vous aimeriez le lire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s